Torrent d’éloge pour Death Stranding

Orchestration d’une campagne de communication originale pour un jeu atypique ? C’est vraisemblablement l’option choisie par Hideo Kojima pour promouvoir sa nouvelle création, Death Stranding (DS). En lieu et place d’éléments de langage lénifiants débités en boucle par une armée de communicants, l’illustre créatif fait appel à ses homologues originaires des studios occidentaux les plus en vue. En dehors de toute considération corporatiste, les opinions exprimées par ces derniers convergent en direction d’un jeu qui fera date…

Après un Cory Barlog (God of War) dithyrambique, suivis par Sam Lake (Remedy) et les développeurs de Guerrilla Games tous aussi interloqués par la dernière production d’Hideo, Julian Gerighty (Ubisoft Massive) se joint à ce concert de louanges. Ce directeur artistique chevronné qui enrichi son CV avec The Division 2 qualifie DS « d’intemporel », usant même du terme « hallucinant » pour décrire son concept.

De l’autre versant du Pacifique, l’approche communicante se veut plus conventionnelle. La presse en ligne japonaise est privilégiée, le ton est plus serein, la nature des informations sur le titre en développement terre à terre. Ainsi, H. Kojima rend compte d’un processus créatif progressant par tâtonnement. Les idées vérifiées, expertisées avant d’être validées donnent lieu à un léger glissement calendaire sur le délai de production initialement arrêté, reconnaît le développeur émérite. S’imposer une date butoir oblige l’homme à l’imagination débordante à se fixer des priorités sans pourtant sacrifier ses critères qualités.

Dont acte.



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.